Le réseau des conseils d’élèves du Québec a le vent dans les voiles

Dans le contexte de l'adoption par les commissions scolaires de politiques relatives à l'initiation des élèves à la démocratie scolaire, les Parlements au primaire et au secondaire, instaurés par la Fondation Jean-Charles-Bonenfant de l’Assemblée nationale du Québec, visent à encourager la participation des élèves aux décisions touchant la vie de leur école tout en leur permettant d’apprendre et de mettre en pratique des valeurs démocratiques. Ils suscitent depuis leur début l’enthousiasme partout au Québec. Avec plus de 600 écoles inscrites et 40 000 membres de conseils d’élèves directement rejoints depuis 2006, ces projets intégrateurs sont vite devenus une initiative marquante dans le monde de l’éducation. Ils permettent d’impliquer concrètement plusieurs milliers d’élèves dans la prise de décision sur des enjeux importants qui les concernent à l’école.

Les Parlements au primaire et au secondaire ont un effet locomotive tant sur les plans quantitatif que qualitatif, qu’il s’agisse de l’apprentissage au sujet de l’Assemblée nationale, du changement quant à la perception du rôle d’un conseil d’élèves ou de la plus grande valorisation de la participation à la démocratie. Aucune organisation n’a développé un réseau de cette ampleur mettant « démocratiquement » l’élève au centre de sa vie scolaire. D’abord à l’état de projets, les conseils d’élèves sont devenus rapidement « le » regroupement des conseils d’élèves au Québec tout en entraînant un effet bénéfique sur les activités des principaux intervenants du domaine de l’éducation à la démocratie. Avec une identité, une approche pédagogique, une stratégie de promotion qui leur sont propres, les Parlements au primaire et au secondaire se présentent de plus en plus comme le réseau des conseils d’élèves du Québec.

Des objectifs pédagogiques concrets

En plus de rejoindre le domaine de l’univers social du programme de formation de l’école québécoise, les Parlements au primaire et au secondaire répondent aux objectifs du programme de services éducatifs complémentaires de vie scolaire. En s’impliquant dans leur conseil d’élèves, les jeunes se responsabiliseront et développeront le sens de la citoyenneté, affirmeront leur sens moral, amélioreront leurs relations interpersonnelles et augmenteront leur sentiment d’appartenance à l’école.

Un soutien aux écoles

La Fondation Jean-Charles-Bonenfant de l’Assemblée nationale offre gratuitement à chaque école participante un soutien technique et professionnel donné par le coordonnateur des Parlements au primaire et au secondaire, dont des formations se déroulant à l’école. Des guides pédagogiques, des bracelets, des attestations, une affiche, un drapeau et une bannière sont aussi remis aux écoles inscrites.

La Fondation Jean-Charles-Bonenfant

Créé en 1978 par une loi de l’Assemblée nationale la Fondation Jean-Charles-Bonenfant a pour mission d’augmenter et d’améliorer les connaissances, en particulier des jeunes, sur les institutions politiques et parlementaires et d’en assurer la diffusion en comptant sur l’appui de précieux partenaires. En 2006, la Fondation commençait à proposer aux écoles du Québec un mode de fonctionnement du conseil d’élèves inspiré de certains aspects de l’Assemblée nationale. C’est ainsi que sont créés les Parlements au primaire et au secondaire. On compte parmi ces partenaires la Fédération des commissions scolaires, le Secrétariat à la jeunesse, dans le cadre de la Stratégie d’action jeunesse, la Commission de la capitale nationale du Québec et la Fédération des comités de parents.

Quelques témoignages éloquents

D’après les témoignages obtenus, l’expérience des Parlements au primaire ou des Parlements au secondaire s’avère profitable.
« Le Parlement a été un élément motivant incroyable pour notre école. Monsieur le premier ministre est un excellent représentant et donne un nouveau souffle à notre conseil d’élèves. »
- Johanne Bédard, directrice de l’école du Parchemin (Carignan) – Commission scolaire des Patriotes

« C’est pour laisser des chances aux autres personnes et pour pas que ce soit toujours les mêmes qui décident des affaires ».
- Emmy, élève, l’école de St-Majorique (Gaspé) – Commission scolaire des Chic-Chocs

« Bonjour Stéphane… Je tiens à te faire part d'une observation que j'ai faite cette année. À cause de la loi 56, les directions d'école où j'ai mis sur pied un Parlement étudiant ont déjà sollicité les élèves députés pour avoir leur contribution importante dans l'élaboration et la mise en place des moyens pour contrer l'intimidation. C'est génial, les élèves sentent qu'ils ont un rôle important à jouer, qu'ils peuvent faire la différence et qu'ils ont une responsabilité dans les moyens qui seront déployés pour éliminer l'intimidation dans leur école. C'est super, car un conseil étudiant peut faire beaucoup pour améliorer la vie des élèves à l'école, et je sens que les directions vont davantage les consulter ou les solliciter. »
- Isabelle Gagnon, animatrice de vie spirituelle et d’engagement communautaire, Commission scolaire des Grandes-Seigneuries

« Juste un petit mot pour vous dire que les débuts de notre Parlement au primaire sont plus qu’encourageants ! En effet, après une campagne électorale enlevante (13 candidats dans notre petite école (!), où les élèves ont pris à cœur de faire de super belles affiches et ont prononcé des discours enflammés, la journée des élections a aussi été une réussite. Les candidats élus et moi avons eu notre premier « dîner parlementaire » et avons élu notre premier ministre. Le conseil des ministres a aussi créé cinq ministères : le ministère de la Bougeotte (pour les sports), le ministère des 3R (Réduire, Recycler et Réutiliser), le ministère des Élèves cultivés, le ministère du Plaisir (pour les activités et sorties scolaires) et le ministère des A. S. (alimentation et santé). Comme vous voyez, ils sont très créatifs ! »
- Nathalie Morin, enseignante à l’école Marie-Reine-des-Cœurs (Pohénégamook) – Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs

« C’est amusant, parce que ça demande du travail d’organiser des élections. J’aimerais être élu, parce que j’aime les changements. »
- Lou-Félix, élève, école Mgr-Douville (Farnham) – Commission scolaire du Val-des-Cerfs

« Depuis que le nouveau Parlement est installé, on remarque de grands changements dans les écoles. J’ai le sentiment que, soudainement, les élèves aiment l’école. Ils se sentent valorisés. Les jeunes de 1re secondaire se mêlent à ceux de 5e secondaire. La violence dans les corridors a beaucoup diminué. Je n’ai jamais vu des danses si populaires! »
- Steeve Loisel, animateur de vie spirituelle et d’engagement communautaire, polyvalente Mgr Sévigny (Chandler) – Commission scolaire René-Lévesque

« J'en retire une grande satisfaction parce que j'ai l'impression que les élèves de mon école ont été représentés par une équipe de députés, de ministres et de responsables qui ont à cœur les intérêts de tous. Je retiens également que lorsque tout le monde travaille dans un même but, nous pouvons changer bien des choses. »
- Marc-André, élève, école Saint-Joseph (Mont-Laurier) – Commission scolaire Pierre-Neveu

Félicitations à tous les élèves, les intervenants du monde de l'éducation, les administrateurs de la Fondation, les ressources de l'Assemblée nationale et à nos partenaires qui ont cru, qui croient et qui feront croître le Réseau des conseils d’élèves du Québec : les Parlements au primaire et au secondaire.

Au plaisir de vous visiter dans votre école ou de vous accueillir au Parlement.

Stéphane Lévesque
Coordonnateur du Réseau des conseils d’élèves du Québec:Les Parlements au primaire et au secondaire

Pour plus de détails :

Fondation Jean-Charles-Bonenfant de l’Assemblée nationale du Québec
1020, rue des Parlementaires
2e étage, bureau 2.00
Québec (Québec) G1A 1A3
Tél. : 418 644-9354
Téléc. : 418 643-4150
www.parlementsauprimaire.com(lien externe)
www.parlementsausecondaire.com(lien externe)